Archives pour l'étiquette grinchouillard

Le miroir de Cassandre de Bernard Werber

Fan de Bernard Werber depuis « Les Fourmis » j’ai lu récemment « Le miroir de Cassandre, livre sorti en 2009. Quand je dis lu, c’est plutôt entendu car j’ai emprunté à la médiathèque la version audiobook pour paresseux. Les thèmes du roman sont la prévision de l’avenir, la liberté et son usage, l’exclusion, l’avenir de l’humanité (Wikipédia).
Je démarre l’histoire de Cassandre Katzenberg avec un apriori positif pensant découvrir un roman dans la même veine que ceux que j’ai apprécié.
Pas la peine de vous faire lambiner … Je n’y ai pas du tout trouvé l’ombre d’un intérêt. Ca sonne le creux du début jusqu’à la fin. On n’en fini pas de découvrir les anecdotes maigrichonnes de l’héroïne qui évolue au beau milieu d’une décharge avec un groupe de clochards, les rédemptionnais.
Chapitre 20, je me dis que ça va démarrer… 40 pareil…60, 80 et là plus d’espoir (il y a 112 chapitres) ça tournicote, ça se traîne. Et rien !

Je crois que si j’avais du avoir la version papier je n’aurais pas pu aller au bout. B Werber l’a vraiment écrit ? a manqué à ce point de talent ?

Epilogue : en approchant du dernier chapitre, résigné, je me dis, tiens je vais me remettre en regardant un chef-d’oeuvre mondial du cinéma « 50 nuances de Grey » avec vidéo projecteur et grand son…
(voir article suivant).

O Resto à Audincourt (Doubs)

Fin mars 2015, la météo franc-comtoise est clémente, direction un petit restaurant sympa (on nous l’a dit) à Audincourt. Le parking est facile, le bâtiment est bien, le grand logo de O Resto bien fait (un grand O contient le mot resto). Nous rentrons, une jeune femme sympa nous accueille, la  salle est claire, décorée dans les tons de violet sur le thème du « cœur », il y a en a dans une cage à oiseaux, dans des cadres et un peu partout et c’est bien mignon et fait avec gout. On s’installe, la commande est prise rapidement, notre choix se porte sur le menu express à 13.95 euros.
Salade piémontaise, pâtes aux moules (tagliatelles) et dessert.
Tout est ok, nous sommes servis rapidement mais là ça commence à se gâter et c’est dommage parce qu’on est venus ici pour manger…

La salade fait très « sortie de la boîte », il y en a 2 cuillères environ avec deux bouts de verdure parachutées sur le bord de l’assiette.

Le plat, au premier coup d’œil semble léger (je suis gourmand de pâtes), les tagliatelles ont de l’eau jusqu’aux genoux, elles sont un peu trop cuites, les moules sont accompagnées d’une sauce insipide et clairette.
C’est franchement pas terrible !

Pour le dessert j’ai choisi une île flottante. Elle est bien, beaucoup de caramel dans le fond de la coupe, la sauce anglaise est plutôt pas mal et les blancs en neige se tiennent bien ! A ma gauche, je vois une ptite mousse au chocolat dans une petit bolou. Je goûte… C’est correct.

Bilan : l’endroit est charmant, le site web laisse à penser que le chef est au top mais je ne sais pas si j’oserai y retourner pour gouter les spécialités de la carte.

Pour ceux qui veulent partir à l’aventure ou pour ceux qui ne paient pas de leur poche c’est à voir…

La rentrée en juillet, la collection hiver …en short

Après la pub des assurances scolaires dès avril, la rentrée dès le début juillet, les catalagues de Noël dès octobre – en même temps que les calendriers de Lavent – voici, la collection automne-hiver en short, jupette et tee-shirt ! Nul doute que cet été on mettra des pulls en laine à manches courtes !
Continuer la lecture de La rentrée en juillet, la collection hiver …en short

Fiston (film)

fistonHeureusement, je n’ai pas payé une place de ciné pour voir ce film. Kev Adams et Franck Dubosc se sont tirés une balle dans le pied dans ce film de Pascal Bourdiaux.
Habituellement plutôt fan de Soda et des apparitions et divers sketch de Franck Dubosc, je suis extrêmement déçu …
Le script doit tenir en quelques lignes mais le pire … les dialogues sont inexistants, le rythme est lent, les gags n’arrivent pas, on s’ennuie du début à la fin.
Continuer la lecture de Fiston (film)