Le déni ou mauvaise foi ou conflit d’intérêts

Qu’est-ce que le déni ?

Déni de grossesse, de fin de vie, de réchauffement climatique, des réalités scientifiques…

Le déni, Verleugnung, est un mécanisme de défense décrit par S. Freud (1909) qui trouve sa définition dans « le refus de reconnaître la réalité d’une perception traumatisante, essentiellement l’absence de pénis chez la femme ».

Dans le DSM 4 le déni est une réponse aux conflits et aux stress « en refusant de reconnaître certains aspects douloureux de la réalité externe ou de l’expérience subjective qui seraient évidents pour les autres ».

Dans le déni, le sujet veut croire, avec force, en une réalité qui arrange son psychisme. Elle peut concerner des éléments liés à la vie individuelle ou collective. Si le sujet s’autopersuade à propos d’une vérité reconstruite, il la fait d’autant plus exister qu’elle constitue une nécessité psychique vitale pour lui.

Ce que tout le monde peut voir est refusé car en contradiction avec ses idées profondes, le sujet s’enferme dans sa vision et tente de l’imposer aux autres. Il refuse d’évoluer et de « se mettre à jour ». Voir également « perdre la face » et imposture.

Est-ce grave ?

…quand la personne a de l’influence, un pouvoir décisionnaire important dans une entreprise, un groupe politique, dans un état. Sans doute  😳 car elle s’entoure de personnes qui épousent ses convictions de bonne foi ou par intérêt.

En sortir

Si le sujet n’a pas d’intérêts financiers dans un « faux déni »...l‘aidant (professionnel ou non) doit pouvoir faire la part entre le non-dit (la personne a intégré l’information mais ne souhaite pas en parler), et la dénégation. Pour cela, la relation avec la personne malade doit être suffisamment empathique. Sortir du déni ne se fait pas d’un claquement de doigts !
Pour aller un peu plus loin, c’est ICI.

David Pujadas rejoint Martin Blachier ?

La directrice de l’ANSM pas encore… A mi-novembre, nous avons 110 000 déclaration d’effets indésirables.. Dans une année normale, nous avons 45 milles déclarations tous médicaments confondus. Même s’il y a une sous déclaration… 🙄 Euh ! j’ai pas compris le « même si ». A mon sens ça devrait plutôt être une raison de plus pour réagir !?

Je peux être amener à une restriction ou à une suspension d’un médicament sur la base de un ou deux signalements.. un cas peut me suffire pour prendre une décision d’urgence, et suspendre l’utilisation d’un médicament ! Mais elle ne fait rien !

 

L’imposture Alain Gori  😀

Déni et bienpensance, c’est un peu comme la poule et l’oeuf…  😆 (mise à jour 27 janvier 2022)

Je partage...