Général Electric et Alsthom

Pour les belfortains qui viennent de recevoir la visite du président Macron, pour  Damien Meslot, maire de Belfort (qui n’est pas dupe, je pense), pour tous les autres. L’histoire est ICI.

La déconfiture financière de General Electric va entraîner la cession de ses activités énergie en 2024, dont celles reprises à Alstom en 2014. En signant la vente quand il était à Bercy, Emmanuel Macron a donc parié sur le mauvais cheval… en plus d’avoir laissé filer à l’étranger des activités stratégiques pour la France.

Tout ça pour ça ! À peine sept ans après avoir racheté de manière ultra-agressive les activités énergie d’Alstom, General Electric (GE) compte déjà les revendre… Non sans les avoir passées à la lessiveuse des restructurations et des délocalisations. Un nouveau désastre pour l’industrie française.

Le 9 novembre 2021, le PDG de GE Larry Culp a en effet annoncé la scission en 3 entités de l’ancien géant du capitalisme américain, qui se recentre sur l’aviation – notamment la fabrication de moteurs dont il est leader mondial. En parallèle, ses activités de santé (imagerie médicale) seront logées dans une nouvelle filiale, dont le groupe entend conserver environ 20 % à terme. Enfin, ses différentes filiales opérant dans l’énergie (GE Renewable Energy, GE Power et GE Digital) seront fusionnées dans une société qui a vocation à être cédée en 2024. (Marianne)

Dossier: l’affaire Alstom (Mediapart)

C’était un des plus grands conglomérats industriels français, présent dans l’énergie, le nucléaire, le ferroviaire, les transports. En 2015, il a été démantelé. L’américain GE a pris le contrôle des activités énergie , au terme de manœuvres obscures et menace désormais de les liquider. Son avenir n’est plus assuré. Tout s’est fait avec l’assentiment du gouvernement français et notamment d’Emmanuel Macron.

L’analyse de Tatiana Ventôse qui, comme d’habitude ne mâche pas ses mots… Le tueur en série qui revient sur les lieux du crime,…la prise illégal d’intérêts.

A l’époque, j’étais collaborateur,…y a des choses qui sont vraies, y a des choses qui sont fausses,…c’était le choix d’une entreprise privée,…c’est la vie économique ! (Macron)

https://www.assemblee-nationale.fr/dy…

https://www.assemblee-nationale.fr/dy…

https://www.marianne.net/economie/35-…

https://www.marianne.net/economie/eco…

Le Canard Enchaîné, édition du 25/04/2018

https://www.blast-info.fr/articles/20…

Macron, virtuose de la finance

Prix de vente d’Alstom turbines à General Electric en 2015: Cinq cent quatre-vingt huit millions d’€uros
Macron, lorsqu’il était secrétaire général de l’Élysée, avait mené depuis 2012, le dossier de la liquidation d’Alstom turbines, supervisé par Moscovici, le ministre de l’économie (2012 à 2014). Quatre mois après le départ de celui-ci, Macron devenu ministre de l’économie (2014 à 2016), se félicitait de cette belle opération de dépeçage d’un fleuron de l’industrie française, de la perte de notre indépendance énergétique, stratégique et de la cession de la plus haute technologie mondiale (Arabelle) en matière de turbines à vapeur, qu’on retrouve dans le Charles de Gaulle, dans les sous-marins, dans nos centrales nucléaires en France et dans celles de la moitié du parc mondial.  Il pouvait signer la vente d’Alstom Energie; il avait même obtenu des garanties, parmi lesquelles la création de 1000 emplois en France, et la promotion de Jérôme Pécresse, vice-président exécutif d’Alstom (le mari de Valérie) qui deviendra Président Directeur Général de General Electric… Un des deux engagements n’a pas été tenu!…

Prix de rachat de l’activité turbines à General Electric par EDF en 2022: Un milliard deux cent millions de dollars (plus d’un milliard et cinquante-sept millions d’€uros).
Quelques mois avant de quitter l’Elysée, Macron a décidé de racheter à prix fort ce qu’il avait bradé voici 7 ans.
Coût financier direct de l’opération:
-1 057 000 000   Prix de rachat en 2022
–   588 000 000   Prix de vente en 2015
——————–
469 000 000    Perte sèche: Quatre cent soixante-neuf millions d’€uros

Coût social: Plus de 5000 personnes ont perdu leur travail dont 1200 à Belfort.

Coût industriel et stratégique: Là non plus, notre président, génie de la finance, n’aura pas été brillant. Il reste très évasif sur les conditions du rachat; brevets, contrats de maintenance, emplois…

Ajouté le 18 février 2022…. « Cash investigation » sur l’affaire Alstom (magouilles de Macron et de Pécresse) a été déprogrammé ce soir sur France 2. La liberté de se taire ou de ne pas faire de vagues en période électorale ! ((contribution de Pascal BIB).

Je partage...