Convoi de la liberté, répression à Paris et nouveaux délits

Comme on pouvait s’y attendre, une certaine police, faute d’avoir des résultats avec les vrais délinquants s’en prend aux citoyens « de base ». Apparition de nouveaux « délits » : le délit de banc… le délit de drapeau français… le délit d’être là… avec en prime le délit d’outrage au drapeau national par…la police !

Délit d’outrage au drapeau et à l’hymne national

Un décret n°2010-835 du 21 juillet 2010, publié au JO le 23 juillet 2011 sanctionne l’outrage au drapeau français d’une amende de 1500€.

Ce décret fait suite à un scandale relatif au cliché d’un homme, fesses nue, s’essuyant dans le drapeau français. Ce cliché avait été pris dans le cadre d’un concours organisé par la Fnac de Nice dont le thème était le «politiquement incorrect».

En effet, l’article 433-5-1 du Code pénal, qui dispose que «le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d’amende. Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende», ne vise l’outrage au drapeau qu’au cours d’une manifestation. Le cliché en question était donc hors-de-portée de l’incrimination (l’article complet ICI).

Paris – la police montre sa force face aux citoyens faute d’être efficace contre la racaille !

Le sénateur Alai Houpert (encore lui…).

Ajouté le 17 février 2022 (contribution de Pascal du bib)

Macron, virtuose de la finance

Prix de vente d’Alstom turbines à General Electric en 2015: Cinq cent quatre-vingt huit millions d’€uros
Macron, lorsqu’il était secrétaire général de l’Élysée, avait mené depuis 2012, le dossier de la liquidation d’Alstom turbines, supervisé par Moscovici, le ministre de l’économie (2012 à 2014). Quatre mois après le départ de celui-ci, Macron devenu ministre de l’économie (2014 à 2016), se félicitait de cette belle opération de dépeçage d’un fleuron de l’industrie française, de la perte de notre indépendance énergétique, stratégique et de la cession de la plus haute technologie mondiale (Arabelle) en matière de turbines à vapeur, qu’on retrouve dans le Charles de Gaulle, dans les sous-marins, dans nos centrales nucléaires en France et dans celles de la moitié du parc mondial.  Il pouvait signer la vente d’Alstom Energie; il avait même obtenu des garanties, parmi lesquelles la création de 1000 emplois en France, et la promotion de Jérôme Pécresse, vice-président exécutif d’Alstom (le mari de Valérie) qui deviendra Président Directeur Général de General Electric… Un des deux engagements n’a pas été tenu!…

Prix de rachat de l’activité turbines à General Electric par EDF en 2022: Un milliard deux cent millions de dollars (plus d’un milliard et cinquante-sept millions d’€uros).
Quelques mois avant de quitter l’Elysée, Macron a décidé de racheter à prix fort ce qu’il avait bradé voici 7 ans.
Coût financier direct de l’opération:
– 1 057 000 000   Prix de rachat en 2022
–  588 000 000   Prix de vente en 2015
——————–
469 000 000    Perte sèche: Quatre cent soixante-neuf millions d’€uros

Coût social: Plus de 5000 personnes ont perdu leur travail dont 1200 à Belfort.

Coût industriel et stratégique: Là non plus, notre président, génie de la finance, n’aura pas été brillant. Il reste très évasif sur les conditions du rachat; brevets, contrats de maintenance, emplois…

Je partage...